Collection Capsule Quiet

Ce 27 avril 2018, MARIE SIXTINE lance sa toute première collection capsule : QUIET. Un nom évocateur pour dire la douceur de vivre. Les collections MARIE SIXTINE sont dessinées par une équipe de création. Romuald, le benjamin de la bande a imaginé le moodboard de cette collection capsule… Il nous raconte !

Comment est venue l’inspiration de cette collection capsule ?

Puis-je le dire ?… Comme tout le monde, je regardais les photos de vacances de mes amis sur les réseaux sociaux et j’ai ressenti ce désir d’évasion, de destination dépaysante, de flânerie, de temps pour soi et de sérénité…

J’ai retrouvé une émotion, celle d’un moment presque onirique :

le temps est suspendu, on ne pense plus et on savoure l’instant dans un lieu paisible qui n’appartient qu’à nous, qui fait partie de notre intime. C’est une quintessence, le concentré d’un idéal, à la frontière de la nostalgique. CAPSULE QUIET PE18

 

À quel moment les couleurs interviennent dans le processus de création ?

Petit à petit, avec l’assemblage des images, la construction du moodboard et son humeur, les couleurs s’imposent naturellement. Nous les créons nous-mêmes. Elles naissent d’un sentiment que l’on souhaite rendre. Pour la collection Quiet, il s’agit de deux couleurs principales. Elles devaient être à la fois fraîches, estivales et douces. Le Lilas, bleu clair mélangé de nuances violette, représente la mer tranquille d’une fin de journée et l’Hibiscus, rose orangé, est légèrement fané comme la chaleur qui s’éteint. Ces couleurs incarnent pour moi cet entre-deux très court, quand tout prêt du crépuscule, le ciel et la mer se rencontrent et on ne peut qu’admirer le spectacle qui se joue sous nos yeux. J’ai voulu capter la beauté fragile d’un instant fugace…

Quelles sont les particularités d’une collection capsule ?

 La collection capsule reste en lien avec le thème de la collection principale printemps été 2018 : « In The Mood ». L’idée est de mettre en avant un nouveau caractère de la femme, après Hardy, Patient, Dreamer et Jovial… QUIET. Cependant on peut se permettre d’être plus audacieux pour apporter fraicheur et renouveau, une inspiration vue sous un autre angle.

Ces petites collections sont un moyen de dynamiser une saison en ouvrant le champ des possibles.

Avec l’atelier de créa, vous nous sommes amusés à créer un personnage, une femme à l’allure plus jeune et mutine. On retrouve certains produits phare (la chemise Hélène, la robe Isa…) déclinés sur des couleurs et des motifs différents. Il y a aussi de nouvelles formes jouées sur des matières inédites : un voile de coton fin et transparent sur une famille de tops, un lin tissé confortable pour des pantalons à l’élégance simple, une ligne (chemises, short et jupe) en chambray chiné léger et doux. Cette capsule permet de se projeter dans un univers, elle existe par elle-même, avec son originalité.

 

A2841E18_INK-INK-a
Blouse Flore, couleur Ink, en voile de coton

Palmitos ou Corail ? Quel est ton imprimé préféré ?

Ces deux imprimés me plaisent beaucoup ! Leur esthétique est différente. Le Palmitos invite à l’exotisme, au voyage, à se prélasser à l’ombre de ses feuilles pour une sieste. C’est un imprimé dans les tons sable avec ce rappel Hibiscus et ce Vert Caviar qui donne du relief au motif. Il est léger, sobre et facile à porter. Mais je dois avouer que l’imprimé Corail reste mon coup de cœur ! Il est riche, dense, il y a un jeu de juxtaposition entre les différents coraux et il faut vraiment s’approcher pour voir les détails tel un récif de corail, un monde sous-marin. On retrouve les couleurs Lilas et Hibiscus sur un fond bleu gris profond. Je le trouve parfait pour une tenue de fin de journée.

 

 

 

As-tu un souvenir estival d’un beau moment Quiet ?

Le souvenir qui illustre pour moi ce moment de quiétude, se passe plus jeune pendant les grandes vacances. J’avais l’habitude de promener ma chienne le long des plages… Le soleil se couche, l’air est tiède, le ciel s’étire dans des tons roses se mêlant ou reflet bleu-violet de l’eau… Le sable est encore chaud et par intermittence les rouleaux de la mer recouvrent mes pieds. Personne à l’horizon, l’impression d’être seul face à l’immensité… L’idée de cette balade et son ressenti restent très présents en moi. J’aime penser que ce moment si simple mais si précieux est retranscrit dans cette petite collection, qu’à travers les imprimés, les couleurs et l’intention portée dans chaque pièce, vous puissiez vous aussi vous évader le temps d’un été…

Mini moi : Romuald, souvenir de l’été 1998…

 

%d blogueurs aiment cette page :